Mon travail prend forme, une direction qui me plaît.

La Belle Ferronnière, La Belle Princesse, La Dame à l’Hermine (même si je n’ai pas pour projet d’apprendre à dessiner des mains et des hermines).

Si tout va bien, j’y ajouterai un peu de magie : celle de Modigliani, de Morandi (Giorgio, qui dessinait de merveilleux pots), celle de Mondrian enfin qui, avec ses lignes verticales et horizontales, ses rectangles de couleurs primaires, a atteint la vitesse de la lumière dans la plus parfaite immobilité : le dynamisme et l’éternité du cosmos.

C’est un peu ambitieux mais... Pourquoi pas.

C’est important d’avoir une direction.

11/02/20