La petite crise continue...

Après avoir réalisé un dessin satisfaisant jeudi, sur tablette, je me suis saoulé. Raisonnablement, mais saoulé quand même.

Jusqu’à la fin du mois de décembre, le début du mois de janvier, j’étais sur des rails. Je m’étais mis sur des rails. Et puis je n’ai plus eu de rails...

Il était évident que ça ne servait plus à rien de faire un dessin par jour, un dessin suffisamment réussi pour le partager sur Facebook et Twitter, qu’il était temps de passer à la peinture, d’apprendre à dessiner avec de la peinture.

Et la peinture, c’est autre chose qu’une esquisse sur papier ou un dessin travaillé sur tablette. C’est l’inconnu. La recherche d’une technique, d’un savoir faire.

C’est comme si je n’avais pas le droit à l’erreur, comme si je devais réussir chaque peinture dans laquelle je m’engageais.

Trop de pression...

Plus de petite routine d’apprenti...

Au lieu de boire, comme jeudi, je dois rester calme, faire un petit quelque chose chaque jour en attendant qu’une peinture vienne à moi.