Travail de sauvage aujourd’hui. Trois portraits vite faits mal faits sur tablette, pour m’exercer.

Je ne pensais pas les garder mais, finalement, comme je montre mon parcours, mon apprentissage, je leur trouve un petit intérêt.

Les trois nus, en revanche, sont partis à la poubelle. Pas assez bons. Aussi parce les modèles, outrageusement érotiques, n'étaient pas assez distingués.

Je suis malgré tout content parce que ce type de travail demande peu d’énergie - tout se fait à l’instinct, sans trop d’application - et parce que je compte y revenir régulièrement.

Content également d’avoir tenu ma promesse de ne pas rester éternellement mauvais dans le nu et, pour cela, de travailler.

Si je me tiens à ce que je me suis dit aujourd’hui - et à ce que j’ai fait -, ça devrait avancer vite : pour chaque portrait réalisé, je devrai faire un nu.

08/01/20

08/01/20-2

08/01/20-3