Mardi 1er octobre 2019

Je peine. Mais je suis heureux.

Je parviens sans trop d’efforts à faire, comme je me l’étais promis, un dessin par jour.

L’idée est toujours la même : arriver à faire un portrait « juste », à l’instinct, sans travail, en laissant courir le crayon. C’est prévu pour le premier janvier 2020. Mais ce sera peut-être pour avant ou après.

Je peine parce que je ne « vois » pas. Je « vois » moins bien qu’avant, avant de travailler. Heureusement, mon passé de gymnaste et d’enseignant m’ont appris que ces phases particulières, lorsque l’on a l’impression de ne pas avancer, voire de régresser, sont nécessaires et salutaires. Elles annoncent un nouvel horizon, plus vaste, une maîtrise supérieure.

Ainsi je peine et je suis heureux, car je sais que je récolterai un jour les fruits de cette peine.

Je sais surtout que je suis sur la bonne Voie - et lorsque l’on sait cela, la peine n’existe plus, elle se transforme en plaisir d’être sur la Voie, en plaisir d’Être tout court.

1/10/19