Après mes histoires d’icônes, qui ne verront peut-être jamais le jour, j’ai trouvé aujourd’hui un second projet pictural : les momies de Saint Bonnet le Château.

Dès que j’en aurai fini avec la maîtrise du visage humain, avec celle du corps dans son ensemble - ça va prendre un peu de temps -, j’irai à Saint Bonnet le Château voir ces choses étranges, aussi esthétiques et lyriques que les dessins de Ernest Pignon Ernest sur les vieux murs.