Vendredi 9 août 2019

Hier, je suis allé à Auxerre chercher des cadres que j’avais commandés. J’étais content. Les aquarelles de Régis Bouvier allaient enfin être encadrées correctement et j’allais pouvoir tester ma peinture.

La pauvre n’a pas tenu 24 heures. Pas complètement nulle mais pas assez bonne. Elle ira rejoindre les archives.

Du coup, j’étais moins content.

Déçu.

Presque désespéré.

Pas de dessin en conséquence ce jour là - pas à cause de la déception mais du manque de temps.

Je m’y suis remis ce matin. Et je crois que je vais m’y tenir. Je fais de moins en moins d’erreurs de proportion, cela devient de plus en plus facile et en conséquence meilleur pour mon moral que d’acheter des cadres pour des peintures qui n’en valent pas la peine - les miennes, pas celles de Régis Bouvier.


***

Quand je serai enfin satisfait des proportions, je m’occuperai des yeux. Pour l’instant ce ne sont que deux traits - contrairement au nez et à la bouche qui sont à peu près corrects. En cas d’échec, je reviendrai aux traits. La personne qui regardera n’aura qu’à imaginer les yeux qu’elle a envie de voir.