Un rythme parfait.

Pas de réveil. Le temps de promener le chien, d’aller au café, ou l’inverse, il est déjà dix heures, ce qui me laisse deux heures d’activité avant le déjeuner. Deux autres l’après-midi avant qu’il ne soit l’heure d’aller promener à nouveau le chien. Nous attendons sagement ensuite, les animaux et moi, dix-huit heures trente. Je les nourris. Je me nourris. Lectures jusqu’à minuit.