Vendredi 31 janvier 2019

Après avoir réussi ma sculpture de rattrapage hier, je suis encore encore parti dans des rêves.

Je n’ai pas fait plus de choses que d’habitude l’après-midi, mais j’étais de bien meilleure humeur, beaucoup plus détendu.

Et ce matin, je n’ai pas mis des heures à sortir de ma grisaille habituelle. D’ailleurs, elle était gris clair, la lumière était juste derrière.

En harmonie avec le temps ? Il pleuvait encore cinq minutes avant d’aller promener le chien. Quand nous sommes sortis, un rayon de soleil.

Je n’ai pas laissé filer ces rêves jusqu’à la célébrité, même locale, et l’aisance matérielle.

Je les ai laissé imaginer, par contre, un nouvel équilibre personnel, bien meilleur que le précédent.

L’écriture sans ambition. Adieu la littérature, la philosophie. Mais cela ne changera rien dans les faits : je continuerai de raconter mon chemin d’artiste sur le chemin de la lumière, sans plus d’espoir, d’illusion, d’être lu ou édité.

Même chose pour la photographie. Un hobby équilibrant, une recherche de compositions, le plaisir de la couleur. Dans ce dernier cas, il est possible qu’elle remplace la peinture à laquelle je n’ose encore me confronter.

Pas d’ambition non plus, commerciale ou autre, avec le dessin. La seule que je conserverai - utile probablement pour la sculpture -, sera de « savoir » enfin dessiner. Très utile également pour conserver un bon niveau de confiance en moi.