Lundi 10 septembre 2018

Ma nouvelle vie commence aujourd’hui.

Une vie d’alcoolique qui ne boit pas. Plein d’énergie et l’esprit clair pour faire ce qu’il à faire.

Si je n’avais pas quitté mon emploi, ce serait le troisième lundi, et mon week-end aurait été moins heureux.

J’ai ma Déesse des Lettres avec moi. Je l’ai remontée du sous-sol à moitié sèche pour qu’elle prenne le soleil. Ce n’est pas une réussite - elle sera classée parmi les plus mauvaises - mais je n’ai pas envie de la mettre à la poubelle. Elle a sa raison d’être. Elle est la septième. Et sur sept, je crois qu’il y en a que deux qui me plaisent.

Je vais arrêter cet emploi du temps à la con : écrire quelques lignes chaque jour du lundi au vendredi, faire un dessin le samedi et une sculpture le dimanche. C’est le genre de truc que j’invente quand je suis perdu, inquiet, mais qui ne marche jamais. Mieux vaut faire de temps en temps une sculpture qui tienne la route, une sorte de miracle, une rareté, plutôt que d’en fabriquer quatre par mois sans intérêt.

Au gré du vent, je vais vivre.

Sans peur et sans reproche.

Humblement.