Mardi 28 août 2018

Cette vie de vacancier m’enchante. C’est un plaisir d’écrire ces quelques lignes chaque jour. Et puis un dessin est arrivé samedi, une sculpture dimanche - la septième. Si cela durait, à la belle saison, j’aurais une quarantaine de « Saintes » à montrer. Ça ne manquerait pas d’allure !

Si je suis confiant, enthousiaste, c’est parce qu’à chaque fois que je prends un peu terre, il en sort quelque chose d’intéressant, au moins à mes yeux. Même dans les pires moments - je pense à la cinquième et à la sixième -, je me bats comme un beau diable et parviens à créer quelque chose de regardable.

Hier, j’ai commencé par les jambes. Habituellement, je ne m’en occupe qu’à la fin, pour que la pauvre tienne à peu près debout. J’ai bien ramé - je ne suis pas plus un spécialiste des jambes que des seins - et la belle a fini par trouver son identité.

Parfois, c’est la tête, le mouvement du corps, au hasard de mes malaxages premiers, qui me donne l’itinéraire.

Après m’être pris pour un écrivain, puis un créateur d’images photographiques, je me demande si, finalement, je ne serais pas sculpteur…