Jeudi 26 juillet 2018

Cette vie de galeriste sans visiteurs a beau me faire du bien, ça devient inquiétant.

Comment vais-je faire ?

Est-ce que ma vie d’artiste, comme celle de beaucoup d’autres, aura besoin d’un mécène ? Un mécène qui s’appelle Mirabelle ?

Hier, j’ai enfin réussi à faire une statuette avec des seins. « Réussi » n’est peut-être pas le bon mot, car c’est la plus mauvaise que j’ai faite jusqu’à présent. Je la garde pour l’instant, mais il n’est pas impossible qu’elle aille à la poubelle un jour.

Pour garder le moral, j’essaie de rester centré, de ne pas oublier qu’un jour un ange s’est posé sur mon épaule pour me dire l’Essentiel.