Voyage au bout de la Lumière

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 2 janvier 2020

Un autre dessin

L'idée était de le continuer demain.

Main non. Je vais le garder comme ça. Je trouve qu'il a quelque chose d'intéressant qu'il serait dommage de faire disparaître.

Comme je ne suis plus le même qu'en 2019, je vais insister, garder le même modèle et refaire un dessin.

Cette année, J'ai décidé de pousser certains dessins, de plus faire seulement des exercices, des essais.

02/01/20-2

Un dessin

que j'ai commencé avant hier, amélioré hier, avais prévu de terminer aujourd'hui.

Je n'y ai pas touché.

J'ai eu peur de l'abîmer.

02/01/20

Visites de fin d’année

Jeudi 2 janvier 2020

Dimanche 29 décembre, de retour à Vézelay, j’ai renoué avec le dessin. Lundi, j’ai remis ça. Un dessin pas terrible qui a eu beaucoup de succès sur Facebook. Baudelaire, avec son Chien et son Flacon, aurait-il dit vrai ?

Samedi 21, nous sommes partis pour Clermont Ferrand. Mon père était en forme. Nous avons passé des moments simples, pas désagréables, avant de rentrer le lundi à Vézelay. L’accordeur de piano devait passer dans l’après-midi.

Le lendemain, mardi 24 décembre, nous partions pour Houssay (au sud de Laval). Nous sommes repartis le 27.

Comme à Clermont Ferrand, des moments simples et pas désagréables avec la mère de Mirabelle. Je me suis remis à dessiner, sur tablette. Des exercices, un peu comme un sauvage, avec l’idée de ne rien réussir, de ne rien garder, seulement de dessiner à l’instinct. J’en ai tout de même gardé un un.

Paris le 27 décembre. Première nuit dans le minuscule appartement de Mirabel. Je suis allé voir la maison de Dalida, l’immeuble dans lequel Vincent Van Gogh avait passé deux années chez son frère Théo, avant d’aller, probablement insupportable, à Auvers sur Oise, où il allait mourir deux années plus tard.

Ma mission était de sécuriser l’échelle permettant de monter sur la mezzanine. Echec relatif. Le métal que j’avais choisi pour fabriquer des crochets était trop épais. Il m’aurait fallu un étau, une enclume, une massette.

Retour à Vézelay le lendemain, samedi 28, où je n’ai pas molli puisque, dès le dimanche matin, chez un voisin, je parvins à façonner mes crochets.

Lundi 30

J’ai remis ça.

Ça a fait un succès sur Facebook.

Baudelaire, avec son Chien et son Flacon, aurait-il dit vrai ?

30/12/19

Dimanche 29 décembre

De retour à Vézelay, j’ai renoué avec le dessin.

29/12/19

vendredi 20 décembre 2019

Encore neuf pages

Je commence à me foutre royalement de la ressemblance. Il me reste onze jours pour faire neuf dessins. L’essentiel est de mettre de la vie dans mes visages. J’en aurai fini ensuite avec les formats minuscules. Les deux carnets que j’ai prévu de remplir en 2020 font 15 par 20 cm, ce sera déjà un peu plus agréable. Et puis je ne presserai pas, comme je l’ai fait avec les deux petits carnets. Dès janvier, sur format A4, A3 ou A2, je tenterai de faire un peu d’art.

20/12/19

20/12/19-2

Deux dessins hier

Une jolie femme - qui ne correspond pas aux canons actuels de la beauté - et un humain dont je ne sais pas si c’est un homme ou un femme.

19/12/19

19/12/19-2

mercredi 18 décembre 2019

Le passé dans la nuit

Une insomnie cette nuit. Un rêve mélangeant cirque, gymnastique, enfance. Ça ne me réussit pas de regarder le travail d’anciens élèves sur internet. Je me suis levé tard.

18/12/19

mardi 17 décembre 2019

Travail du jour

17/12/19

17/12/19-2

Léautaud est mort hier

Mardi 17 décembre 2019

Ma petite vie de dessinateur s’organise. Deux dessin par jour, parfois trois.

Aujourd’hui, après deux réalisations satisfaisantes, je n’ai pas osé en faire un troisième.


***

Je pense à l’avenir et commence d’y voir un peu plus clair. Si je ne me trompe pas, l’année 2020 sera ma dernière année d’apprentissage (avant de pouvoir exposer).

Ainsi, dans un an, je pense être capable de satisfaire mon frère cadet en lui faisant un Gabin, un Johnny, un Delon, un tout ce qu’il veut.

J’utiliserai cette année à remplir deux carnets, plus grands que les petits, 15 x 20 cm - il me reste quatorze pages dans le second petit carnet, que je compte remplir d’ici la fin du mois - ainsi que le carnet contenant des pages noires, plus grand, format A4, dans lequel j’ai déjà réalisé trois dessins.

Durant ce travail - c’est déjà le cas actuellement - il y aura de temps en temps des envies d’expérimenter la peinture. Je ne m’en priverai pas.

Les objectifs d’ici un an seront donc de pouvoir faire ressemblant si j’en ai envie, de maîtriser la peinture en noir et blanc - ainsi qu’à la craie ou pastels secs.

Je pense que c’est raisonnable, et même ambitieux.


***

Léautaud est mort hier. Sa dernière note de journal date du vendredi 17 février 1956. Le samedi, dimanche, lundi, mardi, il n’a pas écrit. Je pense qu’il a souffert, tenté malgré tout de profiter de ses dernier jours de vie, avant de s’éteindre le mercredi 22.

Cela m’a fait quelque chose.

C’est mon ami.

Comme la vie est bien faite, parfois, cela ne m’a pas attristé bien longtemps. Le soir même j’ouvrais le tome 1 de son Journal littéraire et retrouvais cet être étrange et délicieux à la fin de sa 22ème année, le 3 novembre 1893.

- page 3 de 297 -