Voyage au bout de la Lumière

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 18 août 2019

Affaire à suivre

Dimanche 18 août 2019

Hier matin, j’arrangé mon problème de sculpteur. Je suis allé voir Ali Nikiéma à Saint-Père. Je pensais que c’était un artiste local mais non, il vit au Burkina Faso. Mais il est aussi un sculpteur local puisque ses oeuvres sont exposées toute l’année dans la région où il vient deux mois chaque été proposer des stages de sculpture et de fonderie.

Il m’a dit ce que je pensais : ses sculptures sont réalisées en cire avant d’être transformée en bronze. Si la cire est suffisamment chaude, a-t-il ajouté, 60°C, elle peut se travailler comme de la terre.

Voilà encore un problème de résolu !

Bientôt, quand cela me prendra, j’achèterai de la cire pour sculpteur et dans un an, si j’ai fait des choses intéressantes, je verrai avec Ali comment les transformer en métal.

Côté dessin, ça suit son cours. Toujours un dessin par jour - sauf hier pour cause de grasse matinée et de documentation à Saint Père.

Celui que j’ai fait ce matin ne m’a pas rendu heureux. Vais en faire un autre ce soir.

J’ai l’impression que ma personnalité cabocharde en a déjà marre de cette routine d’étudiant, d’ouvrier laborieux exécutant un dessin par jour. Je pense qu’elle a envie d’autres expériences, et peut-être d’échecs pour être secouée.

Alors…

Je vais peut-être refaire du dessin à la peinture, sans trop de pression, j’espère, d’ambition de résultat. L’idéal serait de prendre plaisir à expérimenter cette technique qui me plaît, dont j’aime le rendu - dont j’aime aussi le côté hasardeux, magique quand c’est réussi.

L’autre idée rationnelle et pas très originale serait de refaire du portrait avec une vrai personne, un modèle.

Affaire à suivre.

samedi 17 août 2019

Un poids s’est enlevé de mes épaules, de mon coeur et de mon corps

Samedi 17 août 2019

Chères amies et amis, Il s’est passé des choses depuis la dernière fois, c’est-à-dire depuis mercredi. Notamment une insomnie salutaire, dans la nuit de jeudi à vendredi.

Je suis allé regardé le ciel, les nuages, boire du Ricoré et fumer des cigarettes. La nuit était éclairée par la lune. Les nuages ont disparu et j’ai regardé les étoiles.

Quand je suis retourné me coucher, mon moral avait largement dépassé le niveau de la mer. J’étais serein. J’avais décidé ce que sera mon avenir.

Tant que je pourrai gagner trois sous avec ma micro entreprise, je le ferai. Ensuite, lorsque Pôle Emploi décidera de ne plus m’aider, je ne développerai pas pour autant cette entreprise. Si je ne gagne pas assez d’argent, je continuerai de vivre avec le minimum et le nécessaire, grâce à mes économies - qui m’ont été restituées après la vente de la maison de Noisy le Grand. Si je dois manger toutes ces économies pour atteindre l’âge de la retraite, je les mangerai. Ensuite, en cas de non succès artistique, habitué à vivre avec rien, je continuerai sans trop en souffrir, me contentant d’une maigre retraite.

En résumé, à part pour la chose artistique, plus jamais je ne travaillerai vraiment, c’est-à-dire à plein temps, comme on dit. Le plein temps sera pour l’art - c’est presque déjà le cas - et ce sera comme ça jusqu’à la fin de mes jours.

Vous ne pouvez pas savoir comme je respire mieux depuis cette insomnie, un poids s’est enlevé de mes épaules, de mon coeur et de mon corps.

mercredi 14 août 2019

Gel good art

Mardi 13 août 2019

Un mauvais dessin aujourd’hui. Pas horrible mais peu satisfaisant. J’ai envie, pour rattraper cette chose déplaisante de le refaire sans copier - c’est-à-dire en commençant sans modèle et en ne jetant un oeil sur ce dernier qu’en cas de problème.

Mercredi 14 août 2019

Joli rattrapage aujourd’hui - qui a remis mon moral au niveau de la mer.

Je m’en suis tenu à ce que j’ai écrit hier.

Et j’ai découvert que finalement je n’avais pas encore de méthode.

Ça ne ressemble toujours pas au modèle, mais cette aventure m’a emmené quelque part. C’est ce qui me met en joie.

Ce quelque part est l’icône, un sorte d’icône, un visage qui, lorsqu’on le regarde, peut vous aider à aller bien - à vous ressaisir, à vous battre, à rester digne lorsque ça ne va pas.

À part ça, je traîne toujours ma croix, mon sac, mon boulet, même si je n’en parle pas.

lundi 12 août 2019

Déformations émotionnelles

Lundi 12 août 2019

Un dessin correct aujourd’hui, sans plus, très rapidement exécuté.

Est-ce que je commencerais d’acquérir de la méthode ? Ma méthode ?

La femme que ce dessin représente est crédible, assez jolie, mais ce n’est pas la même que celle qui pose sur la photo que j’ai choisie pour modèle.

J’essaie de rester positif, de ne pas me laisser envahir par le mécontentement. L’objectif actuel : LES PROPORTIONS, est atteint puisque mon dessin représente bien un femme dont on pourrait penser qu’elle existe.

Un dessin par jour, et dans trois mois...

Dans trois mois, tous mes dessins ressembleront probablement à leur modèle. Cependant, je me garderai bien de me transformer en appareil photographique. L’art disparaîtrait. Ce serait du gâchis.

Le but sera donc, après ces trois mois - au cours de ces trois mois -, de conserver certaines erreurs, certaines déformations émotionnelles, de continuer de choisir certaines lignes et pas d’autres, afin que l’ensemble puisse jouer également comme un dessin abstrait.

dimanche 11 août 2019

Est-ce que la vie ne serait pas en train de me dire ce que j’ai à faire ?

Dimanche 11 juillet 2019

Encore un bon dessin aujourd’hui, meilleur que celui d’hier, que je trouvais déjà pas mal.

Du coup, grâce à ces dessins, je redeviens optimiste.

À ce rythme là, dans trois mois, les proportions du visage seront parfaitement maîtrisées.


***

J’ai désormais de quoi m’acheter un appareil photo de professionnels mais je ne le fais pas. Le travail du dessin me comble et, si cela continue, je n’aurai aucune raison de faire de la photographie. Le plus raisonnable sera donc de changer de smartphone et de continuer ce petit travail de photographe en dilettante.


***

La sculpture en attente, la photographie en attente, un grand plaisir et une grande motivation pour le dessin. Est-ce que la vie ne serait pas en train de me dire ce que j’ai à faire ?

vendredi 9 août 2019

Sauvé par des progrès en dessin

Vendredi 9 août 2019

Hier, je suis allé à Auxerre chercher des cadres que j’avais commandés. J’étais content. Les aquarelles de Régis Bouvier allaient enfin être encadrées correctement et j’allais pouvoir tester ma peinture.

La pauvre n’a pas tenu 24 heures. Pas complètement nulle mais pas assez bonne. Elle ira rejoindre les archives.

Du coup, j’étais moins content.

Déçu.

Presque désespéré.

Pas de dessin en conséquence ce jour là - pas à cause de la déception mais du manque de temps.

Je m’y suis remis ce matin. Et je crois que je vais m’y tenir. Je fais de moins en moins d’erreurs de proportion, cela devient de plus en plus facile et en conséquence meilleur pour mon moral que d’acheter des cadres pour des peintures qui n’en valent pas la peine - les miennes, pas celles de Régis Bouvier.


***

Quand je serai enfin satisfait des proportions, je m’occuperai des yeux. Pour l’instant ce ne sont que deux traits - contrairement au nez et à la bouche qui sont à peu près corrects. En cas d’échec, je reviendrai aux traits. La personne qui regardera n’aura qu’à imaginer les yeux qu’elle a envie de voir.

mercredi 7 août 2019

Que des bonnes nouvelles

Mercredi 7 août 2019

La bonne nouvelle ce jour est que je continue à vivre avec le minimum - et le nécessaire - sans aucune frustration.

Sans trop d’efforts également je dessine. Ce n’est pas toujours formidable, loin de là, mais je suis heureux que depuis dimanche, cette bonne résolution de dessiner chaque jour, tienne, et parfois deux dessins dans la journée si je ne suis pas trop occupé, si j’ai de l’énergie.

Aujourd’hui, j’en ai eu marre des visages sur internet. J’ai pris une grande feuille blanche, ai médité quelques minutes devant mon chevalet et je me suis lancé.

Une nouvelle fois, ce ne fut pas formidable. Mais prometteur. Ça ressemblait à l’ébauche d’une icône.

Masculine au début, une sorte de Christ jeune, sans barbe, qui n’aurait pas encore été cloué, elle s’est transformée en femme.

Et je ne serai pas surpris si un jour je m’amusais à créer des visages entre les deux : masculin si la personne qui regarde a envie de voir un homme, féminin dans le cas contraire. Si le regardeur est un peu malin, il pourra aussi considérer qu’il s’agit d’une personne non genrée.

Cela m’a plu cette histoire d’icône car, lorsque j’ai repris le goût des arts plastiques en arrivant ici, à Vézelay, cette idée de faire des icônes destinées à des non croyants m’a traversé l’esprit. Je pensais alors probablement, de cette façon, séduire le public attaché à la religion passant par cette ville chargée d’histoire. Mais, peut-être qu’inconsciemment, c’était mon attirance pour le portrait qui se révélait ?

Ainsi, aujourd’hui, je verrai bien d’un côté de ma C15 une publicité « Homme Toutes Mains » et de l’autre : « Artiste Portraitiste ».

Si j’étais un peu plus aguerri dans cet art, je le ferais sur le champ.

Je vais peut-être le faire quand même, histoire de forcer le destin, de trouver des personnes que cela amusera d’avoir leur trombine tracée au graphite.

dimanche 4 août 2019

Un dessin par jour

Côté dessin, les affaires avancent. J’ai trouvé un endroit sur internet où les images sont de qualité, expriment quelque chose et m’encouragent à dessiner. C’est un exercice. Un simple exercice. Cependant, tout en travaillant, de belles choses surgissent.

Cela me met en confiance, me fait un bien fou.

Désormais, sauf empêchement, un dessin par jour.

Adieu Noisy le Grand, bonjour Vézelay

Dimanche 4 août 2019

Jeudi, la dernière fois que je vous ai écrit, se déroulait le premier stage de piano. Une semaine. Un groupe très agréable, une semaine de plaisir et de travail tous ensemble. Moins drôle ensuite, la préparation du déménagement lundi et mardi. Cartons, ménage, jardin. Un dîner avec mon fils lundi. Il parle toujours autant, converse peu, croit - c’est normal à son âge, 22 années et demi - que la société pourrait être meilleure, plus égalitaire et éco-responsable. Camion mercredi, chargement et déchargement. Une nuit à Vézelay avant de repartir pour les finitions et la signature finale, à 17h. Adieu Noisy le Grand - où j’ai passé presque 25 ans -, bonjour Vézelay. Et un grand merci à Farid sans lequel nous aurions beaucoup souffert.

jeudi 25 juillet 2019

Des progrès en dessin ?

Jeudi 25 juillet 2019

Un bon dessin hier. Un pas mal du tout avant hier. Je me suis reposé aujourd’hui. J’ai profité de ma satisfaction pour, peut-être, faire à nouveau un bon dessin demain.

Ce qui m’a plu, c’est qu’après avoir regardé la photo qui me servait de modèle, j’ai tracé quelques lignes, les principales, avant de continuer sans modèle. Ensuite, chaque fois que j’étais coincé, je consultais le modèle pour trouver une solution.

Le résultat me semble beaucoup plus intéressant de cette façon. Et l’expérience est plus plaisante que lorsque je tente de copier le modèle.

Je pense que je n’ai pas encore le niveau pour copier correctement, c’est à dire pour trier les milliers d’informations qui envahissent mon oeil et mon cerveau. Sans modèle ou presque, c’est plus simple, je suis obligé de tracer des lignes qui me plaisent, des lignes efficaces pour que l’ensemble tienne la route.

- page 1 de 283