Voyage au bout de la Lumière

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 24 juin 2018

Environnement favorable

Dimanche 24 juin 2018

En région parisienne, je doute de mes capacités, j’ai peur de devenir pauvre, de ne rien avoir à manger, de vivre aux crochets de Mirabelle. Ici, à Vézelay, tout va bien. Non seulement je suis persuadé que j’ai des choses à exprimer en tant qu’artiste, des choses qui seront utiles à d’autres humains, mais je suis sûr que je vais trouver un public. Bref, la réussite et le succès que j’imaginais obtenir rapidement il y a trente ans.

vendredi 22 juin 2018

Belle surprise

Vendredi 22 juin 2018

Après avoir été privé de statistiques pendant deux mois sur mon blog, voilà qu’ils sont revenus !

Et il y a encore des visiteurs !

Je vais pouvoir survivre.

L’inconnu

Mercredi 20 juin 2018

Peu de travail mais beaucoup de présence. Ça m’assomme encore plus que si j’avais des choses à faire. En attendant le temps passe et dans vingt trois jours ce sera fini.

Cela m’angoisse un peu d’ailleurs. Est-ce que ça va marcher? Ma situation ne va-t-elle pas devenir pire?

J’espère que dans dix jours les réactions du public devant mes photos me réconfortera. Et si ce n’est pas le cas, j’insisterai un peu, car je suis sûr que la seconde expo sera meilleure, que les figurines en terre vont continuer de naître, de loin en loin, et que mes dessins vont s’affirmer.

Si rien de tout cela ne se passe, il sera toujours temps de vivre une vie que je n’ai pas encore imaginée.

Ce doit doit être cela qui m’inquiète finalement : l’inconnu.

dimanche 17 juin 2018

Trop fort, Titi !

Samedi 16 juin 2018

Mes nouveaux voisins éloignés, ceux qui font des travaux depuis un an dans leur maison, ceux qui ont récemment transformé leur jardin en désert, festoient. On se croirait au camping. Sauf que l’on habite des maisons et pas des tentes. Ce sont les seuls à animer le quartier ce soir, comme s’il était tard, alors qu’il fait encore jour.

Dimanche 17 juin 2018

Jeudi, j'étais content de partager ma joie d'avoir réalisé une troisième sculpture. Et comme il n'y avait rien d'intime là-dedans, comme j'allais quitter mon travail bientôt, et qu'en conséquence, je n'aurai plus besoin de me soucier de ce que pourrait penser mon milieu professionnel, j'ai publié mon texte sur Facebook. Ensuite, l'idée m'est venue de tenir un journal de plasticien, d'intéresser de cette façon quelques amis de mon milieu professionnel et de Facebook. Ainsi, tout en poursuivant mon aventure de diariste au grand jour, je ferais de la com pour mon activité de plasticien !

Trop fort, Titi !

mercredi 13 juin 2018

De nombreux chemins

Mercredi 13 juin 2018

Deux bières avant de prendre la route dimanche, une avant la douche, l’autre après. Un accident était impossible. J’étais concentré, prudent. Je suis arrivé un peu avant minuit. Lundi matin, j’ai aidé l’élagueur. Son assistant était blessé. J’ai fait très peu de choses, mais j’étais là. Travail sans entrain l’après-midi. Coiffeur mardi matin. J’étais ébouriffé, je portais une barbe de dix jours. Un chèque pour la mère de mon fils. J’ai envie de lui demander des nouvelles de notre fils qui n’a pas répondu à mes sms vendredi et je tombe sur ce fils silencieux, déçu d’avoir raté ses examens pour la deuxième année consécutive. Il ne poursuivra pas ses études dans une école prestigieuse. Je croise les doigts pour que vendredi il soit admissible dans une école moins prestigieuse. Je l’ai réconforté comme j’ai pu, en lui disant que la vie, le monde, étaient vastes, qu’il y avait de nombreux chemins pour parvenir à faire ce que l’on avait envie de faire, et que le côté prestigieux de la route n’était pas obligatoire. Épuisé ce matin par le travail d’hier après-midi et d’hier soir, l’épaule droite abîmée. Finalement, cette dernière année de travail n’aura pas été flamboyante, ni joyeuse.

lundi 11 juin 2018

Alcool

Dimanche 10 juin 2018

Pas de bière vendredi, j’étais content. Deux hier, trois en déjeunant aujourd’hui. Je ne suis pas mécontent. Je dois seulement rester sur mes gardes. Et d’autant plus si je fais des choses difficiles, qui ne me plaisent pas.

samedi 9 juin 2018

En regardant les voitures

En regardant les voitures devant la station-service à 22h, entre Paris et Auxerre, je me dis ce ne sont pas les pauvres qui partent en week-end. Je ne m’en étais jamais à ce point rendu compte. Peut-être parce que je ne partais pas en week-end.

Sevrage

Vendredi 8 juin 2018

Une bière mercredi, deux hier soir, zéro aujourd’hui ?

Demain, peinture des portes dans l’entrée à Vézelay. Il y en a huit, dont trois que nous laissons de leur couleur d’origine, bois sombre. En fin d’après-midi, j’attaquerai les hautes herbes africaines du jardin.

Elagueur à Noisy aujourd’hui. Le voisin va être content.

jeudi 7 juin 2018

À nouveau chez moi

À bout de nerfs, de souffle aujourd’hui, j’ai retrouvé mon calme dans un jardin. Arthur Rubinstein jouait des nocturnes de Chopin et je regardais les nuages. À nouveau dans le vaste univers, à nouveau chez moi.

Des nouvelles

Jeudi 7 juin 2018

Après deux semaines relativement calmes, me voilà assailli par le travail.

Je reste serein. Je me dis, concernant la mission qui m’occupe en ce moment, que je suis utile, qu’elle se terminera dans dix jours et que je ne me colleterai plus jamais avec ce genre de choses.

- page 1 de 260