Voyage au bout de la Lumière

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 18 juillet 2018

Musique et système nerveux ventral

Mardi 17 juillet 2018

Impression, en voiture :

Quand une musique me plaît, elle met de l’ordre en moi sans déranger mon désordre, elle baigne le chaos de mon étang, là où ça fermente, la partie viscérale de mon système nerveux, de quiétude.

La belle vie

Lundi 16 juillet 2018

Est-ce parce que les arts plastiques ont repris mon cœur, ma tête et tout mon être, je n’ai plus envie d’écrire. Je n’en éprouve pas le besoin non plus. Si j’écris aujourd’hui, c’est pour vous donner des nouvelles, garder le contact. Vous allez voir, le diariste va se transformer en épistolier !

Un voyage agréable jusqu’à Vézelay samedi, en train. Du travail ensuite, pour aider Mirabelle à accueillir ses stagiaires dans les meilleures conditions. Du travail encore dimanche, beaucoup de travail. Je m’étais fait un programme relativement ambitieux que je me suis fait un plaisir - et une fierté - de tenir. J’étais exténué mais content. Et ce matin, je me suis levé peu après Mirabelle, qui avait mis le réveil à 6h30.

Le programme fut plus léger aujourd’hui. Je commence de me reposer. Et de me frotter, doucement, à la jungle vézélienne, après avoir maîtriser la noiséenne.

J’écris aussi, vous vous en doutez, pour garder mon équilibre. Mes photos sont à Noisy et je ne peux m’occuper à les installer. La terre est également à Noisy et, même si je sais que mon inconscient a d’ors et déjà terminé ma quatrième figurine, je ne peux la réaliser, encore moins savoir de quoi elle aura l’air. Ai malgré tout renoué avec les arts plastiques en remarquant l’affiche de l’exposition estivale de la Fondation Zervos - une peinture, que je qualifierais de zen, signée Charlotte Vitaioli -, en visionnant, en sélectionnant, parmi presque quatre-vingt images, celles qui correspondront le plus à l’esprit que je désire partager lors de ma seconde exposition. J’ai remarqué également, cela va sans dire, l’exposition Hans Hartung au Musée Zervos.

Demain, je ferai un aller-retour à Noisy pour aller chercher mes photos, mes cailloux et ma terre, faire la lessive et tondre la pelouse.

Mercredi - ou jeudi - je commencerai les démarches administratives qui me permettront de ne pas commencer la nouvelle vie dans le laisser-aller, à savoir mon inscription à Pôle Emploi et à La Maison Des Artistes.

samedi 14 juillet 2018

Début d’une nouvelle vie

Samedi 14 juillet 2018

J’ai quitté mon emploi hier en toute simplicité, en toute amitié. On a vidé quelques bières fraternelles et je suis parti.

vendredi 13 juillet 2018

Dernier jour

Mercredi 11 juillet 2018

Je suis écrasé cette semaine. J’arrive le soir vanné et ne peut rien faire. Vais tout de même me mettre un coup de pied aux fesses pour tondre la pelouse avant que la tondeuse ne parte à Vézelay.

Jeudi 12 juillet 2018

Pas de coup de pied au cul, pas de tonte, le canapé avec le second volet des Philosophes d’Iran sur France Culture, un dîner et Croatie Angleterre, une lessive pendant le match.

Plus que deux jours de travail. Je ne parviens pas à me réjouir.

Ce qui m’a réjoui, en revanche, mardi, c’est d’apprendre qui mon fils avait été accepté, sur dossier, à l’ENS Cachan. Après quatre années de travail intense et sérieux, j’étais heureux pour lui.

Ce soir, le coup de pied au cul ne sera pas pour la pelouse, mais pour préparer mon départ, 8h30 à Paris Bercy samedi. Et vendredi soir, un resto avec mon fils.

Vendredi 13 juillet 2018

Dernier jour, c’est émouvant. Je regarde autour de moi et dis au revoir, en silence.

lundi 9 juillet 2018

Deux ventes en attente !

Lundi 9 juillet 2018

Mirabelle est partie vendredi pour Vézelay. Exceptionnellement, je travaillais ce samedi. Le soir, des voisins, qui n’avaient pas pu venir à l’expo, m’ont invité pour l’apéro, avec d’autres voisins. Hier, à 18h, ils sont venus voir mes images. Ils s’attendaient à quelque chose de quelconque et ils ont été scotchés. J’étais très content, et plus que ça, puisque je prenais conscience et confiance en mon avenir de plasticien. Après réflexion, ils en achèterons peut-être une. En comptant celle de P., cela fait deux ventes en attente.

dimanche 8 juillet 2018

La main, l’œil, et tout le reste

Dimanche 8 juillet 2018

Je suis en attente. J’ai des pistes concernant mon travail de plasticien, mais elles ne me mènent pas bien loin, pour l’instant. Pour aller plus loin, pour découvrir ce nouveau voyage, il faudrait que je me mette en route. Ce que je ne fais pas. La semaine de travail qui s’annonce, lourde, intense, ne m’y encourage pas. Ensuite, il y aura le premier stage de Mirabelle à Vézelay, durant lequel je me rendrai utile, puis mon expo, pendant quinze jours, puis à nouveau un stage, etc. Du coup, la route, la mise en route, ce sera plutôt pour septembre.

Piste 1, les photographies. Sans précipitation, je ferai quelques tirages, pour la seconde expo, avec lesquels je vivrai, que je pourrai corriger avant un tirage final. Je pense que je continuerai de dire, à travers ces images, qu’au-delà du petit monde des humains, nous vivons dans quelque chose d’immense et de mystérieux.

La seconde piste, le dessin, que j’ai prise pour me donner du courage avant d’entreprendre mes figurines de terre, va suivre son cours, mais pas pour préparer des peintures ou des sculptures, juste pour faire des dessins. Le but, je crois, après avoir parlé du cosmos, sera de parler de nous, les humains.

La troisième piste sera de jouer avec les objets que je ramasse régulièrement, principalement des cailloux et des morceaux de bois. L’idée sera d’en faire des objets d’art, des fétiches, ou des œuvres quand cela sera réussi.

Comme je ne pourrai avant septembre m’occuper de tout cela sérieusement, je crois que je vais m’acheter un mannequin de bois pour me faire la main, l’œil, et tout le reste.

mercredi 4 juillet 2018

Encore des merveilles

Il y a des nuages ce soir qui ressemblent à des sculptures en verre dépoli, des presse-papiers qui, une fois réalisés, confineraient à l’œuvre d’art.

mardi 3 juillet 2018

Une façon de jouer avec l’inconnu

Mardi 2 juillet 2018

Giacometti n’étant pas plus imitable que Léonard - parce que c’est un dieu lui aussi -, je vais cesser de vouloir faire une femme hiératique, debout avec des seins.

La prochaine fois que j’irai au sous-sol chercher mon parallélépipède de terre rouge, ce sera pour faire quelque chose avec le vide qui m’habite, une façon de jouer avec l’inconnu.

Apparitions

Lundi 2 juillet 2018

Première vente !

Il s’agit d’une image composée de neuf photos presque identiques, neuf figures lumineuses, intitulée : Apparitions.

dimanche 1 juillet 2018

Fouetté pour mieux avancer ?

Dimanche 1er juillet 2018

Personne de 10h à midi. Le désert. Ça m’a fait descendre de mon nuage. Un peu de monde l’après-midi, un dizaine de personnes. Pas de vente. Je suis resté au niveau du sol.

Je réfléchis. Et je me dis que si je ne veux pas me retrouver à la rue - et à l’ouest -, je vais devoir travailler, ne pas attendre que les œuvres d’art tombent du ciel et que des anges viennent les acheter.

- page 1 de 346