Voyage au bout de la Lumière

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 19 avril 2018

Alcool, sculpture

Jeudi 19 avril 2018

Pas d’alcool lundi et mardi. Du vin blanc mercredi midi, une bière le soir. Aujourd’hui, je boirais bien un coup mais non, je sens que tiens quelque chose que je ne dois pas lâcher.


***

Après réflexions, mon « Plug McCarthy » a quelque chose à voir avec les Vénus du paléolithique. Vais essayer de rester éloigné de notre époque, de ne pas m’approcher des Cyclades ou de la Grèce antique.

lundi 16 avril 2018

Joies et aléas de la préparation d'une première exposition

Lundi 16 avril 2018

Du vin blanc, de la bière, mais pas de dérapage. Je suis en progrès. Cependant, ces avancées vont disparaître si je ne commence pas un sevrage sérieux dès aujourd’hui.

Les grenouilles se sont installées dans le jardin derrière la mairie. Elles chantent.

Le temps, trop long, qui me sépare de ma première expo, fin juin, me fait souffrir. Mais me rend également raisonnable. Plus de précipitation, plus de composition d’expo 2 ou 3. Hier, j’ai encore viré des photos que je trouvais trop faibles, les ai remplacées par des photos importantes, leader de l’expo suivante.

Je pense avoir fait de mon mieux. Je pense qu’il faut s’en tenir à ce contenu. Ne plus penser à l’avenir mais au présent et, pourquoi pas, commencer d’installer mes cimaises artisanales pour faire des essais.

dimanche 15 avril 2018

Art et Alcool

Dimanche 15 avril 2018

Encore une fois, Mirabelle est partie toute la journée pour apprendre à sauver des gens.

Je lui dis qu’on est déjà trop nombreux sur la planète.

Ça ne la fait pas rire.


***

Je regarde ma sculpture plug sécher sous un soleil intermittent.

Je bois du vin blanc.

Je ne devrais pas.

Je bois du vin blanc.


***

Mes photos de ciel seraient encore meilleures si mon appareil portait les Vuarnet qui se trouvent sur mon nez.


***

Que faites-vous sur la Terre ?

J’essaie de photographier Dieu dans le ciel.


***

L’alcool m’aide à me mettre en connexion avec la fragilité du monde, avec ma propre fragilité.

Seul l’art pourra me sauver.

En dehors de l’art, de l’alcool, je suis obligé d’être dur, tenu, pour ne pas m’effondrer.

Et cet état ne me convient pas.

Ce sera donc l’art où la mort.

Probablement les deux.

Novembre 2017

est corrigé.

samedi 14 avril 2018

Art

Samedi 14 avril 2018

En regardant sécher ma sculpture dans le salon, je me dis qu’elle pourrait également servir de plug à Paul McCarthy, ainsi qu’à tout autre amateur de nain de jardin en silicone.

jeudi 12 avril 2018

Ma première sculpture

J’ai sorti ma montmartroise d’Utrillo de sa cellophane. Je lui ai fait un massage. J’ai vérifié, comme je l’aurais fait avec un texte, qu’elle me plaisait, en changeant quelques virgules. Je ne l’ai pas remise sous cellophane. Je vais la laisser sécher au sous-sol pour qu’elle devienne la première sculpture du plasticien que je suis devenu.

Presqu'une oeuvre d'art

Jeudi 12 avril 2018

Une journée difficile aujourd’hui qui, une fois de plus, m’a montré que je n’avais rien à faire dans le monde professionnel dans lequel j’exerce depuis quinze années. C’est donc sans regrets que je vais le quitter dans deux mois.

Hier, par contre, c’était la fête. Ma mère était heureuse d’avoir quitté ce monde et je l’étais aussi. Côté Art, une bonne photo, quelques lignes pas trop mal, et une bondieuserie de terre non cuite bien mieux que celles que l’on trouve dans les magasins, presqu’une oeuvre d’art.

mercredi 11 avril 2018

Une femme échappée d’un tableau d’Utrillo

Ça y est, ma première figure religieuse (figurine, vingt centimètres) est faite.

Elle ressemble au premier coup d’œil à une merde moulée par un enfant perturbé au stade anal à cause de son manque de détails et de sa couleur terre de Sienne brûlée. Mais, si l’on s’y arrête un peu, on reconnaît une femme, debout? à genoux? une femme qui pourrait être aussi bien chrétienne que musulmane, une paysanne d’un autre siècle, une femme échappée d’un tableau d’Utrillo.

Passage Clouté

Bien sûr, je n’ai pas fait qu’écouter passer le temps. J’ai fait la lessive, puisqu’on était mercredi. Elle sèche au soleil. Et puis je suis allé à Paris, Passage Clouté, qui est en train de devenir mon magasin préféré, comme Weldom à Avallon. J’avais besoin de rouleaux un peu plus fins, justement, que ceux qu’on trouve dans les magasins de bricolage, toujours pour ce fameux passe-partout, qui me résiste, pour finir enfin de ré-encadrer cette peinture appartenant à Mirabelle. J’avais envie de terre aussi. Tout cela est à mes pieds, dans un café à l’angle de la rue des Boulets et de celle du Faubourg Saint Antoine. Tout à l’heure, je réaliserai peut-être ma première figure religieuse - ou la seconde, si je considère comme religieuse la Vierge à l’Enfant Décapitée qui est chez mes parents, qui a vingt-neuf ans.

Aujourd’hui, j’écoute passer le temps

‪Aujourd’hui, je fais ce que je préfère.
‪Écouter le temps passer.‬

- page 1 de 340